Moi, Mec, Viril et… Féministe

Je me fais de la bile pour cette société ankylosée, bancalisée par sa propre rigidité ; pour ce monde avili, encanaillé par sa propre iniquité. Un monde qui peine à décoincer l’immense bâton qu’il s’est tout seul fourré dans l’orifice à déjections. Un monde où les libertés individuelles relèvent de la chimère. Un monde où le mec viril ne se frotte au genre estampillé faible que pour déchirer la fine dentelle qui le sépare de son ustensile, et adhère systématiquement à la hâblerie du genre autoproclamé dominant au risque de se voir extirper sa si précieuse virilité à coups hardis d’amarres verbales larguées non sans une certaine poésie, au demeurant, empruntée au jargon cycliste. Pédale, que j’ai ouï dire.

Oh que oui, je suis, pour mon plus grand bonheur, pourvu d’un beau bâton entre les jambes, de deux boules aussi, grandes adeptes de yoyo. Si j’en crois les normes en vigueur sur cette planète, je suis un mec. Oui, je le suis. Mais je refuse de me plier à des stéréotypes inventées par des hommes guidés par leur désir malsain de domination pour mépriser des êtres méritoires de ce statut au moins autant qu’eux. Je refuse de voir la femme comme un vagin sur pattes dont je peux me servir aussitôt que frétille ma quéquette. Je refuse de la réduire à la petite chose fragile qui ne demande qu’à être protégée par le oh combien grand homme qu’on m’a décrite. Je refuse l’étiquette de dominant systématiquement placardée sur ma trombine par le seul fait de la nature de mes attributs génitaux.

Je réfute l’idée selon laquelle l’homme serait biologiquement supérieur à la femme en intelligence ou en culture. Genre elle aurait du gloss à la place du cerveau. La science n’a point su me le démonter. Une réalité fabriquée de toute pièce et inculquée sans subtilité, aucune, à une société naïve, comme l’ensemble des idéaux de ce monde d’aigrefins.

« Un mec, ça ne pleure pas ».

Si je vous suis, hier quand je me suis coincé l’asticot dans la fermeture de mon jean, aurait-il fallu que je réprime le cri strident provenant du fin fond de mes burnes ? Ou alors ce matin quand une saleté de grippe interstellaire a décidé de nuire à mon bien-être, valait-il mieux pour moi de m’abstenir de maudire l’univers, les étoiles, les trous noirs et tout ce qui le constitue ? Ai-je eu tord de chialer ma mère ?

Le gosse en moi s’interroge (je révoque, cela va de soi, toute responsabilité sur les viles divagations de vos esprits impudiques)

Pourquoi ma cousine qui a couché le premier soir est-elle traitée de salope de pétasse de sa race, et moi qui ai réussi à tremper ma nouille avant d’avoir eu le temps de connaître le prénom de la nymphe, systématiquement acclamé comme un caïd ? Pourquoi mes compétences n’ont-elles jamais été remises en question par mon employeur lorsqu’il a appris que j’allais devenir père, quand la mère, elle, a été mise à la porte ? Pourquoi, aux yeux de mon cher patron, ai-je demeuré l’employé aussi assidu que d’habitude et elle, à ceux du sien, un vulgaire fardeau dont il fallait se débarrasser ? Ce clivage insensé m’insupporte.

Je suis dépité que l’on mette volontairement des freins à l’épanouissement de pauvres êtres juste parce que les organismes de leurs génitrices auraient eu l’outrecuidance d’écarter quelques chromosomes-Y pour assortir leurs collections. Qu’elles soient privées du plaisir de trimbaler leurs jolis popotins sans qu’elles n’aient tout le temps à regarder par dessus leurs épaules. Qu’elles soient réduites à de simples vétilles qu’on aguiche pour se distraire quelques minutes.

Une agression en a engendré une autre, qui a précédé une autre ayant succédé à plein d’autres.

« Ooh pff, mec, tu sais, ces meufs, elles en font toujours des tonnes »

Des tonnes de tampax, des tonnes de fond de teint, des tonnes de chocolat, oui. Mais je refuse de cautionner qu’une agression soit perçue comme une bagatelle, et toute dénonciation, de ce fait, biaisée sous prétexte que ces saletés de mammifères en rajoutent toujours des tonnes.

« T’es un mec, ces meufs tu en fais ce que tu veux… si tu vois ce que je veux dire »

J’en fais des sœurs auprès de qui mon âme tourmenté trouve réconfort ; des reines dont je me rengorge égoïstement les effluves. Non des proies mouvantes quitte à me réduire à un animal esclave de ses pulsions.

Je refuse de participer de quelque manière que ce soit à une folie précurseuse d’une descente aux enfers d’un être humain lâchement justifiée par de stupides faux-fuyants style « elle l’a un peu cherché ».

Oui, je suis un mec, mais cela ne me confère aucun pouvoir particulier, mis à part celui de pisser debout (et même cela, les petites vermines ont trouvé un moyen de l’imiter, voyez le mérite un peu).

Chers copains virils, admettez d’abord avoir été formatés dès votre conception-même au machisme et éborgnés par les stéréotypes conçus par vos aïeux. Libérez-vous ensuite de cette emprise incongrue. Le monde ne s’en portera que mieux.

Chères femmes, vivez, riez, sautez, baisez.

Chers tous, ce combat est ridicule. Les hommes sont des êtres vivants, les femmes aussi. Accordons à chacun la place qui lui revient de droit : celle d’être humain libre et légitime. La notion de dominance est une sotte politique véhiculée pour des raisons égoïstes.

Schéma. L’homme fourre son gourdin et, généralement au bout de deux minutes, lâche la petite semence toute crasseuse, fier de son exploit. La femme la récupère, fait sa petite magie et en fait les petits cons que vous êtes (quand je dis qu’elles feraient mieux de vous avaler, des fois), vous porte pendant 9 longs mois epivoilà. Pour le coup, ce serait à nous de négocier l’égalité parce que là, vous avouerez qu’on nous en bouffe, des points, quand ce n’est pas autre chose.

On devrait arrêter de se chercher des poux et s’unir pour combattre ce qui mérite vraiment de l’être. À savoir le terrorisme, Trump et le lait avant les céréales.

Normalement, je déteste les étiquettes. Mais si l’on me colle celle de Féministe, je l’assume pleinement. Oui, je suis un mec. Je continuerai, cependant, de soutenir ces petites bêtes et de défendre leur légitimité en tant qu’êtres humains à part entière n’en déplaise aux cons.

Passez le mot et venez on se PEACE dessus.

42633833_1140772809403404_1075722138930905088_n.jpg

44 commentaires sur “Moi, Mec, Viril et… Féministe

Ajouter un commentaire

  1. Excellent article ! Je ne le dis pas car je suis une femme mais je sens qu’il est criant de sincérité. Il ne devrait pas y avoir un débat la dessus . Nous sommes tous des êtres humains comme tu le soulignes si bien mais hélas cela arange pas mal de monde qu’on discute sur des banalités que sur des choses plus graves . Telle la pauvreté par ex . Merci pour ce partage
    Mya

    Aimé par 1 personne

  2. Applaudissement, s’il vous plaît, j’aimerais vous présenter un Mec, un Vrai, vous savez pas ceux qui croient être des mecs, non celui avec un cœur, des sentiments, de la fragilité, un être humain quoi, un mec… Plus sérieusement, merci pour cet article, c’est dommage qu’on ne tombe pas plus sur des textes comme cela, je ne pense pas que c’est parce qu’il y a peu d’hommes qui écriraient cela mais je pense que c’est moins partagé. J’ai toujours eu du mal avec le concept « féminisme » malgré que je sois une femme, eh oui c’est possible, parce que j’ai été élevée avec le fait que j’ai autant de droit qu’un homme, alors cela m’a toujours choqué de voir qu’on avait besoin d’un mot pour qu’on comprenne qu’on est égaux, je veux dire par là que pour le racisme on n’a pas crée un mot pour cette cause, on l’appelle juste égalité. Super article!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui en effet, ce genre d’articles est souvent étouffé.. Mais pas grave du moment qu’il touche au moins une ou deux personnes pour les faire prendre conscience de certaines choses. J’ai des amis qui m’ont avoués avoir reconsidéré leurs préjugés après mon petit coup de gueule. J’ai moi aussi eu du mal avec le mot « féministe ». Ça devrait être normal que des humains se considèrent tous au même pied d’égalité mais malheureusement l’homme est égoïste. Mais on garde espoir 💪💪😘

      Aimé par 1 personne

  3. Je trouve que tu as totalement raison ! Je n’aurai pas dis mieux, malheureusement il y a encore des gens bourrés de stéréotypes. C’en est désespérant… Très bel article, tu as su dire les choses comme il le fallait, franchement bravo ! Avec toi à 200% 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour cet article qui donne un point de vue différent. Car l’égalité est souvent demandé par des femmes pour les femmes mais c’est avant tout un combat commun.Les « on m’a dit » sont intéressants pour rappeler les préjugés et .. connaître ta réponse qui est intéressante.

    Aimé par 1 personne

  5. Et ben, article efficace et qui fait du bien ! Mes proches sont des hommes féministes et contrairement à ce que pas mal de gens pensent ce n’est pas insultant d’être féministe (ni réservé aux femmes), bien au contraire ! J’aime beaucoup cet article et je te rejoins totalement dans tes prises de position 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :