#MardiConseil : Waves – Rachel Platten

Hello to you ! Ça gazouille ? Un album top top, ça vous cause ? Vous me croyez si je vous dis qu’il n’y a pas que des bouses dans la pop ? Oui oui. Même qu’il y en a qui me font kiffer tout plein. Rachel is in the kitchen !

Kikécé ? Soyez rassurés, ce coup-ci j’excuse volontiers votre impéritie relativement justifiée. Le risque de trouver ses albums sur les têtes de gondoles où vous avez l’habitude de dénicher vos starlettes me semble aussi élevé que le QI de Marine LePen. Et pour tout de suite enfourcher Vanaly, Jc et leurs sales langues de vipères sur pattes à l’affût du moindre « Wahhh je savais que tu avais un côté machin », je vous annonce que tous les « barbies » qui ont existé sur cette planète sont, au moins une fois, passés sous mon champs de vision. Notez que j’ai dit « tous », pas toutes. L’intégralité des mélodies se retrouve logée quelque part au dessus de mon lobe frontal près du cortex. Mais je déteste toujours autant l’amour et le guimauve (sauf quand je les subis, s’entend).  Parenthèse-pas-ouverte-mais-fermée. 

Si mes organes auditifs avaient, une fois, furtivement apprécié la mélodie de Fight Song du même artiste, le glas de mon union avec la nymphe n’avait pas retenti encore. Il a fallu qu’une belle personne (autrefois) me suggère cet album un jour où ma boîte à méninges saturait d’algorithmes byzantins et de couscous-tajine. Un titre après l’autre, je l’ai savouré et depuis, me branle sur certains. Enfin, me FAIT branler.

En plus d’être porté par une voix qui a le mérite de titiller une partie de mon anatomie dont je ne saurais faire mention, vous connaissez la chanson, cet album peut se targuer d’être autre chose qu’une succession de titres aux hooks aussi creux et superficiels qu’une bonne moitié des groupies de Dicker, contrairement à la définition même de la pop moderne. Des chansons à l’eau de rose, c’est bien, mais avec des paroles dessus, c’est mieux. 

Il y a, sans grande surprise, de l’amour, de l’espoir, de l’amusement, de la tristesse et quelques productions qui valent le coup d’oreille (c’est comme un coup de rein, mais pour ceux qui mènent leurs vies comme ils l’entendent). 

Au delà de ses mélodies envoûtantes, cet opus me plait pour ce qu’il dégage. En plus d’exhaler une fraîcheur que seuls mes baisers ont le pouvoir d’apporter, il a une histoire, de la personnalité ; et un album qui a de la personnalité, c’est assez rare dans ce milieu pour être souligné. Écoutez-le ! Moi, il m’inspire de ouf.













2 commentaires sur “#MardiConseil : Waves – Rachel Platten

Ajouter un commentaire

  1. J’avoue, cet album se révèle excellent. Mon imagination fertile va déborder de nouvelles idées à coucher sur papier à son écoute.
    Pour rebondir sur ton fantasme : enfourcher Vanaly, Jc et leurs sales langues de vipères sur pattes, j’espérais que d’autres parties de notre anatomie te laissaient rêveur.
    Moi qui venait de gravir une montagne pour tes beaux yeux, la chute est rude.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :