L’ombre et la lumière – Jack-Laurent Amar

Titre: L’Ombre et la lumière

Auteur: Jack-Laurent Amar

Editeur: Auto-Edité

Genre/Thème : Policier/Thriller

Lien Amazone : ici

Résumé:

Alors qu’il n’avait que sept ans le petit Bastien a perdu sa maman à deux reprises.
La première, lorsque celle-ci fut frappée d’une soudaine maladie dégénérative du cerveau la rendant totalement amnésique, au point d’en oublier la chair de sa chair, son propre enfant.
La seconde, lorsque l’hémorragie cérébrale qui suivit lui arracha la vie.
Bien des années plus tard, de nouveaux décès surviennent dans des circonstances similaires.
Le jeune et intuitif capitaine RUHAUT flaire alors des homicides et finit par obtenir l’autorisation d’enquêter. Il est pourtant loin d’imaginer l’ampleur de ce qu’il va découvrir.
Laureline, jeune et brillante professeur de français mène une vie paisible mais sera bien malgré elle mêlée à cette histoire, au point de voir sa vie et celle de ses proches menacées.

Ce livre est en premier lieu, le récit d’un homicide entraînant d’autres meurtres, avec au centre…

… Non, il s’agirait plutôt d’une sombre affaire de complots, de corruption, où un tueur solitaire va être entraîné…

… À bien y réfléchir, ce roman est avant tout, l’histoire d’un amour hors du commun, un de ceux qui s’envolent bien plus loin que l’horizon de nos espoirs les plus fous, bien plus haut que le vent ne souffle pour nous les conter…

… L’histoire d’un amour fusionnel entre l’Ombre… et la lumière.


Hey Hey Hey! De quoi on parle aujourd’hui? Ah oui, D’une histoire. Mais quelle histoire ? Une histoire sombre, un mélange intriguant, paradoxal, fait d’ombre et de lumière. Un voyage à travers l’obscurité, faisant progressivement place à la lumière.. Ou pas 😉 Le résumé est si explicite que je n’ai pas grand chose à y ajouter. Je propose alors que nous entrons dans le vif du sujet.

Ce livre commence sur une note fine, légère et captivante, Ce qui fait qu’on est happé dès les premiers instants de l’histoire. Une petite touche d’émotion pour débuter, un peu d’adversité, un peu d’amour dans l’air… Bref, l’auteur nous met en confiance d’entrée de jeu. Mais attendez un peu.. Un tout petit peu, quelques lignes, et on entre dans le VIF… Dans Le Thrill.

J’ai commencé cette lecture avec quelques à priori , je ne sais pas pourquoi. Et Comme avant chaque lecture, j’ai spéculé: l’ombre et la lumière. Que cela pouvait -t-il être. Un combat entre le bien et le mal ? Un gentil rongé par le mal? Un schizophrène ? (Bah oui ça le fait) En tout cas, cela renvoyait à une double personnalité. Ce titre, aussi ordinaire soit-t-il, m’intriguait beaucoup. Je me suis surtout fixé des Attentes. Car au delà du plaisir que peut me procurer la lecture, j’aime scruter, analyser. Alors à l’ouverture de ce petit joujou, comme pour chaque roman policier que je lis, j’en ai salivé d’avance. Dans le genre « Voyons ce que t’as dans le ventre ». (avec la voix de Dark vador) Mais je dois admettre avoir été un tout petit peu bluffé.

En effet, nous suivons ici, d’un côté les prouesses d’un tueur professionnel très réputé et redouté, se faisant appeler « l’ombre ». Et de l’autre la vie « tranquille » de Laureline, une maman affectueuse et pleine de vie. « Tranquille »… jusqu’au jour où, sans savoir comment, elle se retrouve mêlée à une rixe, à un complot d’ordre international et voit sa tête mise à prix. Malheureusement pour les commanditaires, et heureusement pour elle, la personne chargée de faire le sal boulot (la fameuse ombre) décline le « contrat » et décide de protéger sa présumée proie (euh j’en dis trop??) A partir de là, le questionnement commence. Pourquoi ce tueur impitoyable veut -t-il protéger cette jeune femme en toute conscience et connaissance des représailles que cela pouvait (ou allait) engendrer? Son boulot c’est de tuer les gens, on te demande de tuer, tu tues sans poser de questions 😠. Et surtout comment est ce que cette petite fleur fragile et sans histoires peut t-elle se retrouver mêlée à des histoires de mafia ou de complots à échelle gouvernementale? Bon la première je l’ai deviné assez facilement et trop rapidement mais je pense que c’était voulu. A partir de ce moment, l’histoire prend un tournant décisif et bonjour les pincements de coeur. (Vous inquiétez pas je viens juste de résumer les toutes premières pages du livre, il n’y a donc pas de SPOIL)

Le style adopté ici, est je dirais.. Sémi-riche. Et il est clair que plus le style tend vers le « riche », bah plus il tend vers le risque (désolé il fallait que ça rime 😄) Enfin, plus le style est riche,  recherché, plus c’est risqué pour l’auteur. Mais ici, l’auteur relève le défis et gère le récit comme un grand. Mises à part les deux, trois fois où j’ai trouvé qu’il avait un petit peu forcé, mais ça on ne va pas lui reprocher 😉

L’intrigue n’en est pas plus simple, mais pas plus complexe non plus. Elle est bien menée et au final, la résolution est effective. Les descriptions sont claires et détaillées. Bien que le jargon soit parfois adapté à une élite professionnelle (nous autres 😀 ), l’auteur trouve toujours le moyen de faire passer l’information de manière relativement simple. Je dois quand même souligner que dans certaines circonstances (rares) cela n’est pas toujours fait avec subtilité.. ou pas suffisamment pour moi. Néanmoins, l’information passe facilement.

Les personnages sont très bien travaillés, mais alors TRES bien. On  découvre Bastien, le petit intello frêle , le geek de service, le meilleur dans tout ce qu’il fait (ou presque). Un gamin  à qui la vie n’a pas fait cadeau; un père absent, alcoolique qui plus est, une mère partie trop tôt des suites d’une amnésie étrange ayant tranquillement fait suite à une hémoragie Cérébrale, une amoureuse envolée. Et aussi Laureline – lolie pour les intimes – ravissante, généreuse, affectueuse et j’en passe, des enquêteurs – que je vous laisse découvrir par vous-même –  très impliqués, sournois aussi pour certains et surtout très déterminés et plein d’humour. Et au dessus de tous, L’ombre, la terreur, un personnage très charismatique, intriguant et controversé: distant, discret tapis dans l’ombre… L’ombre quoi! Il peut faire preuve d’une froideur quasi-déconcertante. Mais aussi très charmeur. Croyez-moi il y a de quoi faire fantasmer les ‘tites dames 😉

Pourquoi ce livre est -t-il un mini- chef d’oeuvre dans le genre?

Eh oui je l’ai dit. Un mini-chef d’oeuvre. Pour les amateurs de policier, c’est juste une bénédiction, un grand cadeau du ciel, un véritable bonheur. On y retrouve tous les bons ingrédients propres à une bonne sauce policière. Allez je vais faire mon puriste.

La peur, élément indispensable pour cette bonne sauce, est omniprésente et bien exploitée. Malgré que le récit soit aussi une histoire d’amour – comme pour adoucir le tout (heureusement) – on ne peut s’empêcher de thrill de temps à autre (et même souvent). Et inversement le récit reste très touchant et doux parce que l’auteur fait très bien passer les émotions et toujours avec une petite touche d’humour même en temps de crise. Paradoxal tout ça. Du coup, pendant la lecture, je suis devenu schizo à souffler le chaud et le froid. Je rigolais un instant puis frémissais la seconde d’après.

L’antihéro est -t-il le héro? le héro est -t-il l’antihéro? Paradoxal! On sait néanmoins qui sont les méchants et on a envie de les baffer tout le temps. Surtout l’autre con de russe là 😀

Les points de vue sont souvent similaires. On a faiblement de minimes fausses pistes mais sans plus. Sur ce point, pas beaucoup de boulot du côté du lecteur. Néanmoins chaque personnage a ses motivations et cela reste difficile à deviner. On connait peut être assez tôt la nature des méchants mais impossible de deviner leurs réelles motivations ni d’anticiper leurs actes. On les découvre en même temps que notre protagoniste. Ce qui a, soit dit, non seulement le merite de préserver le suspense mais aussi de nous placer au coeur de l’histoire.

La quête du protagoniste ici n’est pas seulement une quête de justice, mais aussi une quête intérieure, une quête existentielle. Parce que figurez-vous qu’il n’est – lui-même –  pas un enfant de coeur, et par conséquent doit faire face à ses démons intérieurs. Il a aussi ses craintes, ses faiblesses. Et cela lui donne plus de consistance. On peut alors facilement s’identifier à lui; à sa part d’ombre, ou de lumière. Son évolution, ou plutôt sa transformation est d’autant plus effective. On voit bien à quel point il évolue au fil des pages. Bon, on le découvre doué, mais il a le mérite de toujours chercher plus loin, de repousser les limites. D’ailleurs je suis pas sûre qu’il en ait, des limites. 😕 Et cela vaut pour tous les personnages. On sent la maturité s’installer en chacun d’eux au fil des pages.

Le développement de l’intrigue se fait progressivement. Pas de grande supercherie (y’en a toujours un Peu) ni de saut d’étapes – comme on le voit dans certains policiers – en ce qui concerne les faits ou les aboutissements parce qu’on est témoins de l’évolution de l’intrigue. Les théories restent basées sur des preuves qui à leurs tour viennent des faits, qui eux, à leur tour ne sortent pas du néant.

Il manque quand même certains éléments importants comme la souffrance. L’adversité est assez présente, mais l’issue de chaque coup que porte le héro pour y faire face est (presque) toujours la même. Du coup parfois, on a l’impression que le suspense est conservé par l’élaboration de ses fameux plans pour débloquer la situation en moins de deux. Heureusement, il ne le fait pas d’un coup mais en plusieurs temps. J’ai quand même trouvé qu’il n’a pas assez souffert. Enfin je sais que c’est surtout parce que je suis sadique et sanguinaire mais voilà.

La narration est très dynamique, le récit n’avance pas à reculant, le rythme est même plutôt accéléré (coeurs sensibles s’abstenir) et très aéré en même temps. Mais Si vous avez l’impression d’étouffer au bout d’un moment, ne vous inquiétez pas, c’est normal 😉

J’ai trouvé ce roman très relaxant dans l’ensemble. Et au delà du côté divertissant de ce dernier, on apprend pas mal de choses très… intéressantes non seulement sur la résolution des meurtres (qui passionnent plein de gens, moi y comprit), mais aussi sur le fonctionnement de certains organismes (dans tous les sens du terme). On apprend pas mal de rouages du « système ». Et cela améliore notre vision des choses (à prendre avec des pincettes bien sûre) Et par dessus tout on apprend pas mal d’astuces pour tuer (je dis ça je dis rien) 😇 C’est à se demander si l’auteur n’est pas un peu barjot 😛 ?? En tout cas il doit être au moins chauve 😉

Attend! Je viens juste de revoir la couverture et c’est maintenant que je fais le lien avec la fameuse paire de converse. 😁 L’auteur a réelement le souci du détail, et déborde d’imagination. (Il faut que je me retienne de tout balancer)

Que dire de plus, à part que ce roman est un VERITABLE COUP DE COEUR. Il doit avoir grimpé dans mon top 15 all time et croyez moi il y’a v’la la compétition dans ce top. Le récit est propre, noir mais clair, et aussi lumineux, tout ça en même temps. Les phrases ne ronronnent pas et la fraîcheur du livre est conservée du début à la fin. Plusieurs sujets intéressants sont abordés et traités subtilement dans ce livre. Je suis persuadé qu’ils parleront à plus d’un. Je ne peux malheureusement pas les énumérer au risque de dévoiler l’intrigue. Et l’auteur maitrise vachement bien les sujets qu’il aborde, les personnages sont hyper attachants, tout le monde peut facilement s’identifier à chacun d’eux, le suspens est omniprésent. Et pour ceux qui aiment les fins heureuses, il y’en a une très belle pour vous. Vous serez bien servit. Avec moi C’est.. une autre histoire. Pour les amateurs de romans policiers ou thriller, ce livre est une petite pépite d’or, passer à coté de cette lecture est juste inenvisageable, et je pèse mes mots. Pour les autres, c’est une bonne occasion pour débuter. L’univers est assez léger dans l’ensemble et l’histoire est très réaliste (enfin presque.. Beaucoup?), une belle histoire d’amour (rien à voir avec le catalogue Harlequin)  quelques petits  (ou gros) mafieux, des trahisons, des secrets, des rebondissements, des meurtres, des magouilles; la vie de tous les jours quoi! Mais en mieux 😉 Alors franchement essayez pour voir.

Pourquoi ai-je dit « mini » plus haut?  Pourquoi pas chef-d’œuvre tout simplement. Eh bien premièrement parce que je suis un méchant chroniqueur, et deuxièmement parce que je souhaite que l’auteur travaille encore plus, qu’il parte encore plus loin dans son imagination et ne soyez pas surpris d’apprendre un jour qu’il a lâché un best-seller. Figurez-vous qu’il s’agit là de son premier roman. Alors s’il continue dans cette lancée, croyez-moi ce Jack-Laurent, vous en entendrez parler. Bip bip, auteur à surveiller de très près. Ah et j’ai dit que j’ai été « un tout petit peu bluffé » Mais en fait, c’est une grosse claque que je me suis pris en pleine poire. Bah oui, moi aussi j’aime conserver le suspense jusqu’au point final.

Lecture effectuée en écoutant

  • Mad World, Gary Jules


Écoutez et vous comprendrez pourquoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :