New Life, T1 – Stéfanie Hodier

Saga: New Life

Volume : Premier

Titre: Le commencement

Auteur: Stéfanie Hodier

Editeur:  Auto Edité

Genre: SSF

Parution: 28 Mars 2017

Résumé:

Cory est une jeune femme à priori comme toutes les autres jusqu’au jour où elle se réveille à l’hopital. Perdue, ignorant son identité, elle fait alors la rencontre de Loukas, deux jeunes avec qui elle se liera d’amitié. A la recherche de son passé, l’amitié se renforcera-t-elle ou sera-t-elle confrontée à des manipulations insensées? Quand tout bascule et que le virtuel se mélange au réel, comment distinguer le vrai du faux? Bienvenue dans New Life! Si tant est que vous en sortiez indemne…

Mon avis

Hey hey! Vous allez bien par ici?! Je ne vous ai pas trop manqué? Don’t worry, I’m here!. Bon mon petit numéro de bilingue terminé. Passons à l’objet de cet article.

Aujourd’hui je vous parle du premier Tome de New Life de Stéfanie Hodier. Une lectrice que j’ai connu il y a peu. Comment l’ai-je connu déjà? Ah oui Twitter. Ce charmant monsieur qui favorise de charmantes découvertes sociales et livresques (ils pourraient me rémunérer pour les compliments quand même !). J’en ai faite une récemment grâce à Stef qui m’a proposé de lire son petit bébé en avant première. Honnêtement, l’ayant connu en tant que lectrice, j’ai été un peu surpris d’apprendre qu’elle était passée de l’autre coté du miroir. Euhh en fait non! Pas surpris du tout. C’est maintenant monnaie courante dans le milieu. Un fléau peut être ! D’ailleurs, je me barre peut-être bientôt moi aussi, qui sait? 😄 Évidement je ne l’ai pas lu en temps pour la sortie mais pour ma défense, elle m’avait donné carte blanche pour le délai 😂 #NeFaitesPasÇaChezVous

Pour commencer, je me suis lancé dans cette lecture sans lire le résumé ni aucun avis dessus au préalable. Je ne savais donc pas dans quoi je me fourais exactement. Mais j’aime bien spéculer avant la lecture. Alors j’ai commencé à imaginer ; New Life! New Life!  Que cela pouvait-t-il réellement être ? Le genre SFF m’aurait mit sur la piste mais je n’en savais rien. J’avais juste le Titre. Finalement je me suis dit, Allez ! On y va découvrir tout ça!

Nous suivons ici, Corey, une jeune femme « ordinaire » (enfin presque) qui se réveille amnésique dans un lit d’hôpital… Bon ça va je ne vais pas vous refaire le résumé (sale habitude, Allez résiste! résite! )

Voilà! L’histoire commence dans une trame plutôt mouvementée et captivante, déjà. Le départ est imminent et immédiat. Dès les premières lignes du livre, on entre dans le bain. Mais alors quel bon bain! Des scientifiques fous (pour des scientifiques, « fou » est un compliment), des câbles çà et là,  un serveur connecté, le langage scientifique; juste le pied pour moi. Dès que j’ai lu « rebooter le monde », J’ai fait « OK Stéf, tu as mon attention maintenant ». Et je n’étais qu’à la première page.

– Euh ton ressentit, on en parle?

Of course. L’intrigue est juste magnifiquement ficellée. Le récit quant à lui, ne s’embourbe pas de fioritures inutiles. On est dans le vif et le concis tout au long de cette lecture. L’histoire est très originale et .. J’ai envie de dire moderne mais c’est le propre même de la science fiction. C’est son boulot, d’être moderne. L’auteure s’amuse agréablement avec nous, nous traînant de sentiment en sentiment, d’une réalité à une autre, jusqu’à découvrir un volt face du feu de Dieu. (j’en dis toujours trop). Elle nous fait brillament osciller entre le réel et le virtuel quitte à nous Perdre complètement. Il y a de l’action, mais vraiment ! De l’humour, des trahisons; en gros impossible de s’ennuyer avec ce livre.  Puis il y a ce gros nuage de fumée , que j’adore, tout noir au départ, qui se dissipe lentement au fil des pages. De nouvelles révélations, au fur et à mesure qu’on avance, encore et encore jusqu’à la dernière page. Des retournements de situations toujours aussi nombreux et surprenants. Il est très difficile, voire impossible de les voir venir; On est tranquillement adossé sur une théorie, convaincu d’être sur la bonne piste, jusqu’à ce que l’auteure nous fait comprendre qu’en fait on s’est complètement gourés. OK!

Pour les personnages, je dirais.. Medium. Nous avons une Cory tendre, fragile, naïve , mais attendez un peu… Un Loukas protecteur, enfin il y parait, et surtout très ambitieux et calculateur. Et notre Cerise… Sur le gâteau 😄 . Il ne s’agit pas d’un mauvais jeu de Mots (enfin un peu), elle s’appelle Cerise et cache bien son jeu (on dirait le début d’une chanson de Claude François :p ). Bref, je ne pourrais pas décrire concrètement les personnages ici, parce qu’aucun d’entre eux n’est vraiment ce qu’il semble être. L’image que l’on a d’un personnage lambda au début, n’a absolument rien à voir avec celle qu’on a de lui à la fin. Ça  vaut pour tous les personnages. Et même à la fin, on ne sait plus trop quoi penser d’eux, on se méfie :p Bah oui, y’en a marre de se faire duper, je préfère être prudent. Néanmoins, chacun d’eux a un univers bien particulier et son lot de petits secrets ( ou de grands, à vous de Voir). Leurs relations souffrent autant d’ambiguïtés que de bonne humeur. Le paradoxe. On a un genre de trio maléfique et destructeur. Et aussi, bref, je n’en dis pas plus. Avec ces personnages, on s’enlace mais on ne s’en lasse pas 😉.

L’univers est somptueux, intrigant, addictif, bouleversant et surtout subliminal ( ça va, je déconne 😉 ). Le décors est décrit de façon à ce que le lecteur s’y retrouve plongé entièrement. Comme avec les casques de réalité augmentée. Je me suis vraiment fait des films, au propre comme au figuré. (Euh stéf rassure moi jsuis pas dans New Life là, si?) Ai-je précisé que l’univers était subliminal? Non? Ok tant mieux. Les détails ne s’encombrent pas de peinturages débordants. Il y a juste ce qu’il faut et cette démarche est tantôt bonne, tantôt pas tant que ça. Certains trouverons que le livre se lit trop rapidement. Mais je me dit que quand il s’agit de science fiction, il vaut mieux, du coté de l’auteur, être explicite sans toutes fois être trop loquace. La plume de l’auteure, ici, est d’une légerté quasi déconcertante. On se laisse emporter sans effort dans cet univers si singulier. Dans la réalité de ses personnages. D’ailleurs sommes nous dans le réel ou dans le virtuel? On n’en sait pas grand chose mais allons seulement !

Le seul petit hic que je pourrais déplorer est justement l’absence de détails dans les descriptions. Oui j’ai dit qu’il fallait être concis mais pas trop bref non plus. Parce qu’à un certain moment il faut vraiment être concentré pour ne rien louper parceque tout part tellement vite que parfois on doit relire pour mieux capter ce qui vient de se passer parce qu’on est déjà sur autre chose. Elle aurait pu mieux nous faire ballader dans son petit monde enchanté. Oui ils sont importants, ces petits détails. Mais bon ce n’est qu’un détail 😉 (je suis en veine ce soir).

Sinon tout reste fluide et linéaire. Le vocabulaire est très accessible pour un livre de sciences Fiction et On ne se lasse pas de l’imaginaire ici.

Bref, j’ai adoré ce livre, premier d’une longue et prospère lignée, je l’espère. Pour son originalité et sa fougue. Pour son univers fantastique et entrainant. Pour la légèreté de cette plume. Pour la capacité de l’auteure à trucider le lecteur. Ce livre se lit d’un trait et on en redemande. Vivement recommandé à tous! Et vivement le Tome II.

Lecture effectuée en écoutant:

  • Sympathy for the devil, The Rolling Stones
  • Shape of you, Ed Sheeran

2 commentaires sur “New Life, T1 – Stéfanie Hodier

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :