Dans le noir – Lara Elric

Titre: Dans le noir

Auteur: Lara Elric

Editeur: Auto-Edité

Genre/Thème : Dystopie, Apocalyptique

Lien Amazone : ici

Résumé:

Olivia, jeune femme moderne et tout à fait normale, se trouve un soir confrontée à une panne d’électricité. Ce qui n’était qu’une gêne mineure dans une soirée morose va rapidement s’avérer être un problème bien plus grave qu’elle ne le pensait. La panne dure et elle va devoir s’acclimater à de nouvelles conditions de vie plus rudes. Dans un univers où tout ce qui lui est familier est devenu inutile, il lui faudra affronter un monde qui a changé et dans lequel l’autre est devenu une menace. Avec l’aide d’un petit groupe réuni au gré du hasard, elle va tenter de s’en sortir en espérant un retour à la normale. Son caractère et son courage suffiront-ils pour faire face à des dangers auxquels elle n’est pas préparée ? Suivez Olivia et ses amis dans un périple palpitant qui vous fera reconsidérer votre quotidien.

Hey! Hey! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un roman, Dans le noir de Lara Elric, que j’ai reçu il ya .. ouh j’ai arrêté de compter.

Nous suivons, ici, Olivia, une jeune femme pleine de vie louant un appartement dans la banlieue parisienne. Elle trouve déjà sa vie assez ennuyante : elle est célibataire, son boulot ne lui passionne plus, bref c’est la merde 😉 Et comme pour couronner le tout, un bon soir, après une journée de travail qui n’en finissait presque plus, une coupure d’électricité vient mettre la cerise sur le gâteau de son quotidien bordélique. Génial!

Bon, je dois avouer qu’après avoir lu le résumé je me suis dit « une coupure d’électricité? Il est où la drame ? Mais ma curiosité toujours égale à elle même m’a dit « vas-y fonce! Et puis t’aimes bien être plongé dans le noir, non? » Pas faux me suis-je dit.
Alors, je sais qu’à l’évocation du concept, beaucoup pourront le trouver banal. Après tout, ce n’est qu’une vulgaire coupure d’électricité! Mais imaginez que cette « vulgaire » coupure d’étende sur plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois… Ah là on en rigole moins hein? Il y a de quoi chambouler « des » quotidiens. Perso, je suis privé de Twitter 24 heures, je fais une crise, alors je m’imagine mal une semaine sans électricité et c’est là que ce livre pousse à la réflexion. Comment géreriez-vous un tel changement? Surtout, comment les autres décideront t-ils de le gérer? C’est là que « L’enfer c’est les autres » prend tout son sens.

Ce roman suscite une réelle remise en question et nous pousse à reconsidérer notre quotidien même. Que serait notre vie sans cette denrée dont nous dépendons tant? Que serait le monde? Que seraient les humains, habitués à ne pas voir plus loins que le bout de leurs nez? A quel point nos proches le sont-ils vraiment? Que savons-nous réellement sur nos voisins? (ouhhh Desperate Housewives) Que des questionnements.

A la suite de cette panne, Olivia va se voir nouer des liens improbables avec différentes personnes de différentes horizons pour, au final, former un collectif, puis progréssivement une communauté afin de faire face au monde, ou du moins ce qu’il en restait.

Quand l’instinct animal de l’homme se révèle, Quand on doit faire face à une situation que personne ne pouvait prévoir ni imaginer,
Quand l’instinct de survit prend le dessus sur les mœurs et les valeurs intrinsèques des uns et des autres. Devoir compter les uns sur les autres,se battre pour protéger les êtres chers.
Souffler le chaud et garder la tête froide, Coutoyer la froideur et rester chaleureux.
Se triturer les neurones, trouver des solutions originales, faire avec ce qui se présente
Survivre… rien que ça.

Bon j’aime mieux exprimer mon ressentit. La lecture a été très facile, c’est le genre de livre que je peux lire en 1 heure 30′ mais que, pour des raisons de parcimonie, je finis au bout de plusieurs jours, voir semaines de lectures. Étrange tout ça! 471 pages qui défilent très et presque trop facilement parce qu’on souhaite connaitre la fin mais pas finir. Paradoxal mais justifié. Qui voudrait se séparer d’un univers chaotique, apocalyptique et alléchant, de ces personnages si.. intéressants.

Alors les personnages ils sont simplement magnifiques et super bien travaillés, tous autant qu’ils sont, même Eric. On en a de tous les bois.

On a une Olivia pleine d’affection; de dévotion et de détermination, toujours prête à tout pour sauver ses proches. Le héros classique quoi! Mais elle n’en est pas moins singulière à sa façon tout comme cette histoire qui peut facilement, à tord, laisser penser à je ne sais quel mauvais film d’horreur de par le concept mais complètement différent dans l’agencement même des pièces du puzzle. Un vieux couple attentionné, une Vanessa, mère protectrice. On a même droit à un Eric, le macho de service, borné comme un ring de catch :p et aussi à une Sarah, incarnation du manque d’assurance, jeune femme qui doit rester à « sa place de femme », le cliché. On a aussi droit à des mecs de tess comme ils disent et j’en passe. Une averse de personnages dont on a pas de mal à maîtriser ou à s’y identifier.

Dans le fond, le récit est fluide, la plume légère et le vocabulaire approprié. Les descriptions sont atrocement courtes mais cela ne nous épargne pas une agréable lecture. Il y a de l’énergie et de la détermination dans la plume. Tout est presque déjà-vu mais l’auteure signe de sa plume originalité et sensibilité. Il y a de l’humour, de l’amour, de l’action, de l’émotion et j’en passe. Mais ce roman manque de sang, j’avais besoin de sang, beaucoup de sang mais je n’ai pas été servi. Je l’ai trouvé trop doux pour un post apocalyptique. attention, ça c’est à mon échelle hein!

Et la fin, j’ai presque été déçu de celle-ci. Non seulement parce que les fins ordinaires ne me bronchent absolument pas, mais aussi parce que trop de questions importantes sont restées sans réponses. J’aurais par exemple aimé connaître le sort d’Eric, son VRAI sort pas le sous entendu que l’auteure y a laissé planer. Ou, finalement quelle a été la réelle cause de la panne? Une attaque terroriste? Une invasion d’aliens? Et surtout où est passé le gouvernement? Pour toutes ces questions, ce roman mérite un deuxième volume et ce n’est même pas une suggestion, Lara. Concocte nous une bonne suite!

 

En bref, bon je suis peut être moins objectif quand il s’agit d’un coup de cœur heu .. quoi? Ok je l’ai dit, c’est un coup de cœur. Je ne peux que le recommander. C’est vrai que j’aurais souhaité ajouter deux ou trois trucs dans ce roman (de toutes façon j’ai toujours deux ou trois trucs à ajouter à tous les romans ) mais c’est une vive réussite. Il est bon et frais. Une agréable lecture que m’a offerte Lara. Je veux bien me la faire encore et encore jusqu’à ne plus pouvoir (la lecture hein 😉 ) Il m’a fait réaliser plein de choses. C’est le genre de livres que chacun devrait lire au moins une fois dans sa vie. Et le genre de sujet qu’on aimerait avoir plus souvent dans la littérature. Lisez-le et croyez-moi vous ne verrez plus le monde de la même manière.

Un commentaire sur “Dans le noir – Lara Elric

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :